> > Les bonnes associations

La Galvanisation à chaud, les bonnes associations

La norme NF en ISO 1461 est le référentiel d’exécution de la galvanisation à chaud

 

La norme NF A 35-503 classe les aciers en fonction de leur aptitude à la galvanisation à chaud. Elle définit ainsi trois catégories d’aciers dont les caractéristiques sont dictées par deux composants : le phosphore et le silicium.

Le phosphore augmente les capacités de traction de certains aciers bas carbone, la tenue à la corrosion et améliore donc l’usinabilité.

Galvanisation effet phosphore

Le silicium augmente la résistance des aciers alliés et la dureté. Il est aussi utilisé pour calmer l’acier ou le désoxyder et éviter la formation de bulles lors de son refroidissement.

Galvanisation effet silicium

<La norme NF EN ISO 14713 détaille la conception et la préparation des pièces :

  • précautions de conception (suppression des poches d’air, absence de zone de rétention de zinc, etc.),
  • protection des parties à réserver.

Norme NF en ISO 1461

Cette norme (ISO 1461) est le référentiel d’exécution de la galvanisation à chaud :
exigez-la dans vos cahiers des charges !
Les sociétés du groupe France Galva ISO 9001 sont garantes de la bonne réalisation de vos pièces suivant cette norme.

La combinaison du phosphore et du silicium dans une certaine proportion augmente l’appétence de l’acier pour le zinc (effet Sandelin) : ce dernier va fusionner avec le zinc créant une épaisseur importante.

Galvanisation phophore et silicium

  • Catégories d’acier A, l’aspect sera brillant et lisse avec une épaisseur dans la moyenne des valeurs édictées par la norme NF EN ISO 1461, soit 35 à 70 μm. Cette épaisseur dépend de l’épaisseur de la pièce.
  • Catégories d’acier B, lorsque les teneurs en Si et en P (Silicium et Phosphore) sont proches des limites, un aspect mat et marbré peut apparaître mais il n’a aucune conséquence sur la performance du traitement contre la corrosion
  • Catégories d’acier C, l’épaisseur de zinc peut être importante, donnant un aspect mat et « peau d’orange ». L’épaisseur en résultant peut dépasser les 200 μm.

A noter

En dehors de ces catégories d’aciers, une composition différente peut provoquer des résultats non maîtrisés, écaillage, fragilité de la surface. À noter que la catégorie d’acier C provoque déjà une épaisseur importante et un aspect mat.

Masses minimales de zinc selon NF EN ISO 1461 (en relation avec les épaisseurs) sur échantillons non centrifugés.

Voir le pdf :

Galvanisation Choix des aciers

 

 

Galvanisation Masse de zinc

En résumé

L’épaisseur de zinc déposée dépend :

  • de la nuance d’acier mise en œuvre,
  • de l’épaisseur d’acier de la pièce à galvaniser à chaud.

Pour un ouvrage d’aspect homogène, il est nécessaire de tenir compte de ces éléments.

Galvanisation ISO 1461

Bâtiments tertiaires, équipements culturels et sportifs, lieux de formation, habitat… Depuis quelques années, le bois sort du champ de la maison individuelle et connaît une véritable renaissance grâce à ses nombreux atouts esthétiques et environnementaux. Plébiscité par les architectes, c’est un matériau technologique qui se prête à toutes les fantaisies et s’applique à tous types de bâtiments.
La galvanisation permet donc d’offrir un aspect visuel neutre qui conserve à l’acier toute sa noblesse, et qui valorise ce matériau tendance, soulignant la créativité des concepteurs et architectes.

Mais attention, tous les bois ne font pas bon ménage avec la galvanisation !
Le contact de la galva avec des produits acides peut en effet entraîner une corrosion plus rapide du traitement de surface.

La plage de pH la plus favorable se situe entre 5 et 13. L’acidité naturelle (acide tanique, acide acétique) de certaines essences est en dehors de cette plage : attention donc à faire le bon choix d’essence pour assurer la pérennité de votre bâtiment !

Pour en savoir + :

Bois et galvanisation à chaud

Galvanisation Rouille

Vous avez tous observé des ouvrages en béton dégradés laissant apparaître les fers de structure à nu.

Le béton sain a un pH basique d’environ 12 à 13. Dans ce milieu, les armatures en acier standard sont protégées par la création d’une couche oxydes.

L’une des composantes du béton, la portlandite, se transforme naturellement en calcite sous l’action du dioxyde de carbone de l’air (la pollution). Le pH descend et passe à 9 : à ce niveau, sur les fers nus, la corrosion se développe rapidement, pouvant donc mettre en péril l’ouvrage. Une armature oxydée peut occuper jusqu’à 9 fois plus de volume que le métal initial ! Conséquence : le béton éclate. Le phénomène peut être encore aggravé par l’apparition de chlorures : granulats mal lavés, bord de mer, sel de déneigement…
Les chlorures jouent en effet un rôle de catalyseur.

Des fers à béton galvanisés à chaud dans un pH de 9 ne subissent aucun dommage : encore un moyen de construire durable et pérenne !

Le plâtre

Le plâtre est un matériau neutre issu du sulfate de calcium : il s’associera suivant vos envies et votre créativité avec l’acier galvanisé à chaud.

La boulonnerie

Depuis octobre 2009, l’assemblage des structures à destination de la construction métallique doit répondre aux normes EN 14399. Il est donc conseillé d’associer les boulons, écrous et autres pièces d’assemblage ou de quincaillerie galvanisés à chaud aux charpentes.